AcceuilNational 2010 à La Chapelle-sur-Erdre organisé avec le SNO

L'histoire de l'AS depuis sa création en janvier 1960... jusqu'à ...... nos jours.

 

La Création

Dans le Numéro spécial Salon 95 de notre Journal, Claude ADAM, fondateur de notre AS, a écrit l'histoire de l'AS Maraudeur jusqu'à la fin de son mandat.

Nous lui laissons la parole :

"Je commencerais par cette réunion du 12 janvier 1960. En cette nuit d'hiver, de petits groupes furtifs se dirigent vers une salle, avenue Henri Martin. Les conjurés ont reçu une convocation du constructeur de notre bateau chéri. Beaucoup d'entre eux, moi entre autre, n'ont jamais navigué sur leur Maraudeur. Nous ne savons pas du tout ce que nous allons faire, mais nous sommes décidés à le faire, nous allons créer l'association des propriétaires de Maraudeur.

 

Trente et un propriétaires sont présents et une trentaine de lettres de province sont parvenues montrant l'intérêt de la création d'une association...

 

On trouve quelques volontaires qui se réunissent le 19 janvier et qui se répartissent les tâches... Le bureau est constitué, c'est magnifique.

 

Le bureau est convaincu qu'il faut d'abord connaître nos camarades Maraudeurs avant de leur proposer un programme. 180 questionnaires expédiés, 96 renvoyés remplis (on nous avait prédit 10% !). Ce fut passionnant.

 

Programme en trois points :

  • Regroupement des Maraudeurs d'une même région dans un seul club.
  • Organisation de régates et de championnats.
  • Edition d'un bulletin.

 
 
 

 
 
 

La croissance

Les clubs nous étaient fermés à l'origine. Pour être série Nationale, il faut faire des régates. Pour faire des régates, il faut appartenir à un club. Pour appartenir à un club, il faut d'abord appartenir à une série nationale ! C'est la quadrature du cercle.

 

Heureusement notre ami Barbier... découvre un endroit idéal pour implanter un club, obtient l'accord du propriétaire et nous aide pour les premiers frais d'aménagement.

 

Ainsi naquit le Cercle de la Voile de Vaux (1) qui compta jusqu'à plus de 30 bateaux de notre série. Et tandis que le C.V.V.X obtenait son indépendance et ouvrait ses portes aux dériveurs légers, les portes de nombreux clubs s'ouvrirent à nous et nous sommes entrés un peu partout.

 

... Par le nombre d'unités, l'AS Maraudeur se situait à la seconde place des bateaux habitables et la Fédération a implicitement reconnu son importance en nous conviant à siéger à la commission des monotypes. Mais nous n'étions pas encore reconnus série nationale, ne justifiant pas encore le nombre suffisant de bateaux départs.

 

Ce qui ne gêna pas pour organiser des championnats.

 

Le premier fut organisé à Saint-Servan en 1961, succès mémorable avec 21 bateaux. Chaque année, afin de faire connaître notre série, nous avons changé de club. Après Saint-Servan, La Baule, La Rochelle, Dinard, Courseulles. Puis nous nous sommes efforcés de promouvoir un championnat régional supplémentaire. C'est ainsi qu'en 1965 il y en eu quatre : 31 bateaux à Courseulles (National), 10 à Lalonde (Championnat de Méditerranée), 12 à Vassivières (Championnat du Sud Ouest) et 27 à Vaux-sur-Seine (Championnat de l'Ile-de-France).

 

En ce qui concerne la monotypie, il n'y a pas eu beaucoup de problèmes, en dehors de l'apparition du Maraudeur plastique... Néanmoins, les caractéristiques fondamentales étaient restées les mêmes, il a été admis au sein de notre association. En ce qui concerne l'armement, l'AS Maraudeur se montre très libérale. Le Maraudeur est un bateau bon marché, et c'est au régatier d'améliorer petit à petit son accastillage au fur et à mesure de ses connaissances et de ses possibilités.

 

Le bulletin a été conçu pour intéresser non seulement les régatiers par le compte rendu des activités sportives, mais aussi tous les propriétaires par les études sur les aménagements, la conduite du bateau, des récits de croisière. On ne dira jamais assez combien d'efforts et combien nous attendons l'aide des propriétaires sous forme d'articles. La diffusion de ce bulletin a été élargie au maximum afin de faire connaître nos activités aux clubs, à la Fédération et à toute la Presse.

 

Chose curieuse, le nombre des unités sorties chaque année reste le même entre 100 et 150 bateaux. En 1965 le cap des 1.000 bateaux a été dépassé d'une quarantaine d'unités. L'AS Maraudeur compte 350 membres sur 600 bateaux français".

Jean-Pierre Forsant, son successeur jusqu'en 1970, déclare dans un éditorial :

"Pendant de longues années, le Maraudeur se diffusait par la seule publicité des propriétaires eux-mêmes... Cette année, les avantages de notre bateau ont été enfin reconnus par les constructeurs. Ceux-ci sont décidés de faire un gros effort pour le faire connaître aux non initiés."

Cette année 1966 fut endeuillée par le décès, suite à un grave accident de la route, d'une de nos membres âgée de 21 ans. Elle enchantait tous ceux qui l'approchaient pas sa jovialité, sa camaraderie franche et sa sportivité. Ses parents connaissant l'attachement que leur fille portait à son bateau Momica n°52, ont offert à notre association la coupe Desestre-Cadoux qui porte son nom. C'est cette même coupe qui est attribuée chaque année à titre temporaire au vainqueur du National Maraudeur de l'année.
 

Depuis, l'AS Maraudeur continue de vivre.

 

Elle vient de fêter les 50 ans du Maraudeur
Ce sera bientôt son tour...

 
 

Et aujourd'hui ...

La succession des Présidents l'a conduite jusqu' à aujourd'hui :

 
1960 - 1966 : Claude Adam
1967 - 1969 : Jean-Pierre Forsant
1970 - 1971 : François Rousselet
1972 - 1973 : Jacques Chanson
1974 - 1976 : Michel Baschwitz
1977 - 1977 : Claude Acat
1978 - 1979 : Geroges Dhenin
1980 - 1999 : Louis Blancaneaux
2000 - 2002 : Antoine Boutron
2003 - ... : Jean-Louis Dalloz

Mais parmi eux, c'est sans doute Jean-Pierre Forsant écrivant dans le N°73 de novembre 1971 qui définit le mieux ce qu'est toujours l'AS Maraudeur :

"Voyez-vous, l'on devient Maraudeuriste par un tout autre chemin que celui qu'empruntent les autres séries, l'on n'achète pas un Maraudeur pour régater. On achète un Maraudeur pour faire de la petite croisière avec son épouse ou ses enfants. Les bons moments passés dans les petites criques inaccessibles aux gros croiseurs, un retour sans casse après un mauvais temps créaient l'amour de son bateau et la confiance en ses capacités. Cet amour de son bateau vous incite à rechercher ceux qui le partagent et pour les retrouver, tout naturellement vous rejoignez les plans d'eau, les clubs où les Maraudeurs sont nombreux. Ensuite, l'amitié, l'admiration devant le dévouement que prodiguent les Membres de l'Association des Propriétaires de Maraudeur qui, en plus de l'amour que vous partagez, y ajoutent la passion. Tout cela vous incite à participer à votre première régate, et là vous êtes pris dans les Alizés qui vous pousseront de régate en régate où vous découvrirez un autre bateau, le pur sang insoupçonné...

 

Il faut connaître l'ambiance des retrouvailles lors des mises à l'eau, cette chaude amitié partagée, l'expérience des uns confiée aux autres, comme ça, sans cachotterie...

 

L'on se lasse d'une machine à gagner en ce qu'elle ne sert qu'à cela, l'on ne se lasse pas du vrai bateau qu'est le MARAUDEUR et de la chaude amitié qu'il entretient chez ses propriétaires."

 


(1) - L'AS Maraudeur a toujours gardé son siège social à cette adresse immuable. Mais son adresse postale est domiciliée chez le Président en fonction. Aucun courrier n'est jamais adressé pour l'AS Maraudeur au C.V.V.X